Chirurgie du genou


Chirurgie du genou : Si votre genou vous fait régulièrement mal de manière épisodique ou de manière chronique, avec une diminution progressive de vos activités physiques (le matin en vous levant ou en fin de journée), il est probable que vous souffriez d'arthrose. Les principales causes de l'arthrose sont le vieillissement, surpoids, antécédents de traumatismes (fracture, luxations, etc.), anomalie d'axe des membres inférieurs ou maladies inflammatoires rhumatologiques.

L'objectif de ce dossier est d'apporter des informations générales sur les principales interventions chirurgicales pratiquées en chirurgie orthopédique et traumatologique du genou.

Note des utilisateurs :

Note 9.2 9.2 basé sur 834 opinions

genoux


Douleur genou


  • Chirurgie genou : Quand faut-il penser à la chirurgie du genou ?


    En cas de douleur au genou, il faut tout d'abord suivre un traitement médical qui consiste :

    • Perte de poids
    • Prise d'antalgiques, d'anti-inflammatoires
    • Prise de médicaments protecteurs du cartilage
    • Port de semelles orthopédiques
    • Séances de kinésithérapie
    • Infiltrations intra-articulaires

    S'il y a persistance des symptômes malgré un traitement médical bien conduit, il faut penser à un traitement chirurgical pour éliminer la douleur, la raideur de l'articulation et la boiterie. Le but de la chirurgie est d'obtenir un genou indolore, stable et mobile.
    Luxation genou : Douleur genou Luxation genou : Douleur genou

    Chirurgie du genou : Est-il urgent d'opérer le genou ?


    La mise en place d'une prothèse de genou n'est pas une urgence. Le cartilage usé est changé dans sa totalité. Attendre est habituellement possible. Une ostéotomie pratiquée à temps peut éviter ou retarder l'heure de la prothèse. L'indication d'une ostéotomie ne doit pas attendre car un cartilage très usé n'est soulagé que par la prothèse. Ceci est d'autant plus important que le patient est jeune. Lorsque la douleur devient difficilement supportable et que le traitement médical ne soulage plus alors une prise en charge chirurgicale du genou se discute.

    Chirurgie du genou : Les types d'intervention du genou ?


    Une chirurgie du genou moins invasive par mini-incision Afin de diminuer l'agression chirurgicale, certains chirurgiens pratiquent des voies d'abord plus courtes (de 10 à 12 cm au lieu de 15 à 25 cm). Les muscles de la cuisse sont contournés : le quadriceps reste intact. Ces voies par mini- incision qui respecte les muscles sont dites mini invasives (subvastus).
    L'intervention nécessite une équipe entraînée de 3 personnes : le chirurgien, l'aide opératoire et l'instrumentiste. Une fois maîtrisées cette technique permet une récupération fonctionnelle plus rapide. Le saignement et la douleur post opératoire sont moindre associée à une cicatrice plus courte. La durée d'hospitalisation est, habituellement, raccourcie à 8 jours.

    La prothèse totale du genou
    La prothèse totale de genou remplace la totalité du cartilage usé du fémur, du tibia et de la rotule. La prothèse totale reproduit les mouvements naturels du genou dans les trois plans de l'espace. Cette intervention est volontiers pratiquée chez les patients de plus de 70 ans. Le contact entre les différentes pièces de la prothèse est toujours entre polyethylène-métal. Différentes tailles correspondent aux variations anatomiques.
    Chirurgie du genou : Prothèse genou
    Si l'usure articulaire touche le seul compartiment interne deux interventions sont possibles en fonction des critères à continuation.

    La prothèse uni-compartimentale du genou
    La prothèse partielle uni-compartimentale remplace le cartilage d'un seul des trois compartiments sans toucher aux deux autres compartiments qui doivent être sains.

    Cette prothèse est indiquée pour un genou stable où le ligament antérieur est intact, et le patient n'a pas de forte surcharge de poids ni d'ostéoroporose.
    Chirurgie du genou : Prothèse genou partielle

    L'ostéotomie du genou peut retarder ou éviter la prothèse
    L'ostéotomie est indiquée pour des patients qui présentent une importante déviation du membre inférieur. La surcharge pondérale est acceptée. Cette intervention est habituellement pratiquée chez les patients de moins de 70 ans car l'appui n'est pas autorisé durant 30 à 45 jours après l'intervention. Le chirurgien redresse la jambe après une section haute du tibia au-dessous du genou. L'opération ne touche ni l'articulation, ni le cartilage. Le but de cette intervention est de répartir harmonieusement le travail mécanique sur les deux côtés du genou.
    Ostéotomie du genou

    Déroulement de la chirurgie du genou


    Préparation à la chirurgie
    Il est impératif d'arrêter de fumer et de perdre du poids, en cas de surpoids

    •Consultation avec un dentiste et un cardiologue
    •Consultation avec un anesthésiste
    •Analyse d'urine et bilan sanguin
    •L'intervention est généralement réalisée sous anesthésie générale

    Hospitalisation
    Elle a lieu la veille de l'intervention. La sortie a lieu autour du 6e jour post-opératoire.

    Principe de la chirurgie Remplacement de l'articulation du genou par une prothèse sur les trois compartiments du genou (PTG) dans le cas d'une prothèse totale du genou.
    Chirurgie du genou

    PROTHÈSE DU GENOU : CHIRURGIE DU GENOU


    Lorsque la douleur devient importante, que les traitements conservateurs (kinésithérapie, injection de corticoïdes ou d'acide hyaluronique) ne suffisent plus et que les radios révèlent une arthrose avancée, votre médecin vous proposera une prothèse totale de genou.

    Le nombre de prothèses totales du genou ne cesse d'augmenter en raison des excellents résultats obtenus.

    Cette prothèse redonnera de la mobilité au genou, apaisera les douleurs et vous permettra de récupérer une autonomie complète dans vos déplacements.

    La pose de cette prothèse se fait lors d'une intervention chirurgicale qui nécessite une semaine de séjour à l'hôpital, suivie de quelques semaines en de rééducation.

    LE DEROULEMENT DE VOTRE OPERATION DE GENOU


    Quelle anesthésie va-t-on vous proposer ?
    Il existe deux types d'anesthésie : locorégionale ou générale. Dans certains cas l'une des 2 techniques est préférable dans d'autres l'alternative est permise.

    L'anesthésie locorégionale n'endort que le bas du corps. Le produit est injecté au contact de la moelle. Elle est déconseillée aux personnes émotives qui craignent d'entendre l'intervention.
    L'anesthésie générale rend totalement inconscient. Ce type d'anesthésie nécessite une intubation pour permettre la respiration artificielle.
    Un bloc périphérique est associé à ces deux anesthésies pour le confort post opératoire du patient en atténuant les douleurs au réveil. Le produit est alors injecté à proximité du nerf.

    Vous faudra-t- il une transfusion ?
    Le plus souvent l'apport de sang n'est pas nécessaire:
    • Avant l'intervention, lors de sa consultation, l'anesthésiste contrôle votre prise de sang. Si nécessaire un traitement médical, qui favorise la production de globules rouges, vous est prescrit (EPO).
    • Pendant l'intervention par chirurgie mini invasive le saignement est faible.
    • Après l'intervention une machine récupère, pour vous, les globules rouges perdus. Cette technique minimise beaucoup les pertes sanguines en permettant la récupération du sang durant les six heures qui suivent l'opération.

    Très rarement l'apport de sang est nécessaire
    • Il s'agit de votre propre sang : c'est l'autotransfusion. Les prélèvements ont lieu deux fois plusieurs semaines avant l'opération pour vous être rendus lors de l'intervention.
    • Vous pouvez, si nécessaire, recevoir le sang de donneurs.

    Une bonne hospitalisation se prévoit : qu'emporter ?
    1. Vos médicaments personnels et vos ordonnances
    2. Vos radiographies antérieures
    3. Vos résultats de prise de sang et d'urine
    4. Votre carte de groupe sanguin
    5. Une paire de cannes anglaises et une canne simple
    6. Une paire de bas de contention
    7. Des chaussures fermant facilement et antidérapantes, avec un long chausse-pied
    8. Des vêtements amples, faciles à enfiler et à retirer
    9. Un nécessaire de toilette, sans oublier un petit miroir
    10. De la lecture, et de quoi écrire.
    11. Les numéros de téléphone de la famille, des amis et de votre kinésithérapeute de ville
    12. Si un séjour est prévu en centre : prévoyez une valise et faites suivre votre courrier.

    Comment se passe l'intervention chirurgicale ?


    Vous entrez à l'hôpital la veille de l'opération. Dès votre arrivée, vous êtes pris en charge par l'équipe paramédicale : prise de sang, douche, préparation de la zone opérée. Vous restez à jeun durant les 6 heures précédant l'anesthésie. En fonction de vos facteurs de risque éventuels, on vous propose une anesthésie générale ou loco-régionale.

    Le matin de l'intervention une « prémédication » décontractant vous est administrée. Le brancardier vous conduit au bloc opératoire où l'équipe vous reçoit en salle de pré anesthésie.

    L'intervention se déroule en salle d'opération. Le geste opératoire dure environ dure environ 2 heures. Après la pose de la prothèse, composée de 3 parties, le chirurgien ferme la peau avec des agrafes.
    Intervention chirurgie du genou

    Vous êtes ensuite conduit en salle de réveil, toujours au bloc. Vous y resterez 2 heures après l'opération. Des drains « récupérateurs » traitent le sang perdu durant ces premières heures et vous le redonne. Cette technique évite presque toujours la transfusion.
    En salle de réveil déjà, votre genou est mobilisé de manière passive : on vous demande de plier votre genou grâce à un appareil spécifique, le Kinetec, afin d'éviter la formation d'adhérences. Vous pouvez vous lever entre le 1er et le 3ème jour après l'opération, selon les cas. Vous êtes autorisé(e) à vous appuyer sur le genou opéré dès que le drain sera enlevé.

    SUITES OPÉRATOIRES DE VOTRE CHIRURGIE DU GENOU


    Vous regagnez votre chambre. Le traitement anti douleur a déjà été commencé. Il vous accompagnera tout au long de votre séjour. Ce traitement a fait d'énormes progrès ces dernières années avec les cathéters laissés en place et les pompes à morphine.

    Durant les 24 premières heures vous aurez une perfusion, des drains de Redon pour éviter l'hématome, vous êtes alité.

    Dès le lendemain, vous faites quelques pas, première mise au fauteuil et vous commencez la rééducation : le travail de flexion du genou est débuté manuellement ainsi qu'à l'aide d'une machine appelée Kynetec. La marche débute avec deux cannes, puis une seule canne dès le 6éme jour avec monté-décente des escaliers.

    La durée d'hospitalisation est, habituellement, raccourci à 8 jours grâce aux techniques de chirurgie mini invasive.

    Votre retour à domicile ou vers le centre de rééducation est organisé par l'établissement.

    ET ENSUITE ? POSTOPÉRATOIRE DE LA CHIRURGIE DU GENOU


    Vous devez porter des bas de contention pendant 6 semaines après l'opération et vous recevez des injections préventives anticoagulation pendant 3 semaines.

    La rééducation intensive du genou est nécessaire afin d'éviter la fonte musculaire, de récupérer la mobilité articulaire et éviter la formation d'adhérences.

    Habituellement le genou reste douloureux les 6 premières semaines. Au bout de 3 à 9 mois votre genou est enfin remis à neuf.

    La rééducation débute dès le lendemain de l'intervention

    Votre kinésithérapeute est important. Il a un double rôle :
    • Il rééduque votre genou, lui rendant musculature et surtout mobilité en flexion.
    • Il vous conseille sur les mouvements à éviter pour limiter les sollicitations trop fortes de la prothèse.
    La reprise de la marche est aisée. Elle commence le lendemain de l'opération. La rééducation porte surtout sur la mobilité du genou avec comme objectif 120° de flexion articulaire. Cette rééducation se poursuit soit à domicile soit en centre de rééducation.

    Quelles précautions prendre les 6 premières semaines ?


    Votre lit est à surélever si celui-ci est bas (matela supplémentaire)
    Debout vous éviterez de pivoter vivement en prenant appui sur la jambe opérée.
    Assis pour vous relever vous utilisez en appui la jambe saine, la jambe opérée est tendue.
    Servez vous des accoudoirs et évitez les sièges profonds.
    A genoux pas de flexion forcée en vous accroupissant. Il convient d'éviter de vous mettre à genoux sur la prothèse.
    La voiture est possible à partir de la 2ème semaine comme passager. Le siège avant est reculé. Faîtes pivoter les deux jambes ensemble, la jambe saine soutenant la jambe opérée légèrement tendue. La conduite peut être reprise au deuxième mois.
    Pour se chausser évitez la position debout. Chaussez-vous assis avec un chausse-pied long
    Pour se laver préférez la douche à la baignoire. Un tapis antidérapant est le bienvenu.
    En cas d'infection dentaire, urinaire,., consultez vite votre médecin. En effet il existe un risque d'infection de la prothèse, même des années après, à partir d'un autre foyer infectieux négligé. Suivi post-opératoire
    Une consultation de contrôle sera prévue un mois et demi après l'opération, à 6 mois puis tous les ans ou tous les 2 ans pour surveiller l'usure de la prothèse

    Résultats de la chirurgie du genou

    Les résultats sont souvent moins bons chez les sujets jeunes qui sollicitent beaucoup leurs genoux : les implants doivent alors être posés de façon très précise pour une bonne tenue à long terme. Depuis quelques années, on arrive à recréer virtuellement le genou de chaque patient en 3D. On utilise pour cela une résonance magnétique de tout le membre inférieur avant l'opération, combinée à un logiciel spécialisé.

    Grâce à cette image personnalisée du genou, le chirurgien peut placer la prothèse de façon très précise sur base de « patrons sur mesure », appelés guides, qui épousent parfaitement le tibia et le fémur du patient. Cette technique n'est pas encore largement utilisée en Belgique, car elle est assez chère et pas encore remboursée par la mutuelle. Nous appliquons néanmoins cette technique depuis plus de 2 ans. Elle nous permet d'améliorer considérablement les résultats de la prothèse totale du genou chez des patients jeunes.

    La rééducation du genou postopératoire


    La rééducation est essentielle : prévoir un séjour en centre de rééducation ou une rééducation régulière en ville (au moins 4 séances par semaine).

    •Lever au fauteuil dès le lendemain
    •Marche avec appui complet en utilisant deux cannes
    •Prise d'antalgiques
    •Anticoagulation préventive pendant 1 mois, port de bas de contention
    •Rééducation immédiate du genou
    •Conduite automobile à partir du 45e jour
    •Arrêt de travail (de 1 à 3 mois)
    •Accroupissement et mise à genou fortement déconseillés

    Pratique du sport : Exercices pour muscler le genou


    Certains sports comme le vélo, la randonnée, le ski de fond, le tennis en double peuvent être pratiqué avec une prothèse. Voici les délais :

    • Vélo et natation : à partir de 1 mois
    • Randonnées, golf : à partir du 3ème mois
    • Tennis en double : à partir du 6ème mois Sont déconseillés les sports suivants : tennis en simple, ski, football et course à pied.

    Enfin, certains sports sont déconseillés après une prothèse totale de genou, sous peine de diminuer la survie de l'implant à long terme: les sports à pivots (foot, basket) et les sports d'impact (course à pied).
    Douleur genou sport

    Les principales complications après l'intervention chirurgicale


    Elles sont exceptionnelles :
    •Infection
    •Hématome post-opératoire
    •Troubles de cicatrisation cutanée
    •Phlébite et embolie pulmonaire
    •Complications vasculonerveuses et algodystrophie
    •Usure de la prothèse

    Quelques conseils pour voyager avec votre genou opéré


    • Si vous partez pour un pays lointain, dont le système de santé est rudimentaire, consulter votre médecin avant votre départ.
    • Soyez prudent vis-à-vis de tous les problèmes infectieux : une angine, une infection intestinale ou urinaire est toujours possible.
    • Une assurance avec rapatriement sanitaire est souhaitable en cas de problème.
    • Si vous prenez l'avion les portiques d'aéroport peuvent sonner. Une attestation de votre chirurgien peut être utile.

    Quels résultats pour votre prothèse ?


    La douleur va disparaître et le genou pliera à près de 120°. Ces bons résultats sont obtenus dans la majorité des cas (plus de 90%) avec souvent une gêne qui persiste de façon modérée, au changement de temps, sans nécessiter le moindre traitement. Dans moins de 10% des cas la douleur est encore perçue par moment et peut nécessiter la prise d'antalgiques.
    Vivre « normalement » avec une prothèse est tout à fait possible si votre activité de tous les jours est classique. Dans la très grande majorité des cas vous retrouverez une excellente qualité de vie. Une participation réfléchie à divers sports est autorisée. (natation, golf,.)
    Certaines précautions sont nécessaires : éviter les mouvements de trop grande flexion et la position à genoux ainsi que les sports violents.

    Chirurgie genou : Comment éviter les douleurs du genou après la chirurgie ?


    • Vérifier votre incision quotidiennement en ce qui concerne le drainage, rougeurs et sensibilité.
    • Garder la plaie sèche et couverte d'un bandage jusqu'à votre première visite à la clinique.
    • Mettre vos bas de contention jusqu'à la première visite à la clinique.
    • Prendre vos médicaments pour prévenir les caillots sanguins.
    • Pour éviter la constipation :
    - Boire 6 à 8 verres d'eau par jour.
    - Manger des aliments riches en fibres comme les fruits, légumes, et céréales complètes.
    - Prendre un laxatif de selles si nécessaire.
    • Prévenez votre dentiste ou votre médecin que vous avez une prothèse avant de vous soumettre à une chirurgie dentaire ou autre opération.

    En savoir plus chirurgie du genou