Médicaments contre la douleur


Douleur au genou : La réussite d'un traitement est aussi liée à la qualité relationnelle soignant-patient, et à la précision de l'information donnée à la personne malade. Il est aussi important de ne pas utiliser simultanément 2 produits de la même classe pharmacologique. Par exemple, l'association de deux opioïdes à LP (Fentanyl patch/Morphine LP) est à proscrire par risque de surdosage.

Note des utilisateurs :

Note 9.2 9.2 basé sur 834 opinions

genoux


Douleur genou


  • Découvrez les médicaments contre la douleur : Soulager la douleur


    Comment choisir un médicament antalgique ?


    En association avec le traitement étiologique, la prescription doit tenir compte du mécanisme de la douleur (nociceptive, neuropathique), de ses caractéristiques (pathologie causale, type, intensité, durée, localisation), des données psychosociales, des pathologies associées et de leurs traitements, et des prescriptions antalgiques en cours (y compris une éventuelle automédication).
    Médicaments douleur genou

    Quels sont les médicaments de la douleur ?


    Pour les douleurs nociceptives, il est recommandé d'utiliser des antalgiques périphériques (paracétamol, aspirine, AINS) des opioïdes faibles et forts, des anesthésiques locaux (lidocaïne, crème anesthésiante) et le Meopa . Pour les douleurs neuropathiques, on prescrit certains antidépresseurs et antiépileptiques.

    Information sur les effets des médicaments


    Les personnes et leur entourage doivent absolument être informés des effets indésirables des antalgiques prescrits, en particulier le risque de somnolence. La conduite automobile doit être contre-indiquée en cas de signe manifeste de dépression du système nerveux central.

    Quelles sont les associations d'antalgiques justifiées ou contre-indiquées ?


    Les associations se justifient quand il y a synergie pharmacologique (paracétamol/codéine, AINS/ opioïde, anesthésiques locaux/Meopa). Elles sont contre-indiquées en cas d'antagonisme entre deux produits (morphine/buprénorphine). L'association de morphine à libération immédiate (LI) et libération prolongée (LP) est conseillée pour la titration orale et le contrôle des accès douloureux.

    Quelles sont les causes principales d'échec d'un traitement médicamenteux de la douleur ?


    Il peut s'agir : d'une erreur d'indication (morphine prescrite pour une crise migraineuse, douleur psychogène), d'une erreur de posologie ou de voie d'administration, d'une absence de suivi (efficacité, ajustement posologique, effets indésirables mal contrôlés, mauvaise observance), d'une insuffisance de prise en compte des facteurs psycho-sociaux.

    Comment traiter les douleurs aux genoux


    De faible intensité
    Utiliser les antalgiques de niveau 1 : antalgiques périphériques non opioïdes (paracétamol, anti-inflammatoires non-stéroïdiens). En cas d'inefficacité (évaluation après 24 heures) passer au niveau 2.

    D'intensité modérée
    Utiliser les antalgiques de niveau 2 : antalgiques opioïdes faibles (codéine, tramadol, dextropropoxyphène et associations avec du paracétamol). Assurer un suivi régulier (en particulier si les sujets sont fragiles), car ces opioïdes faibles ont des effets indésirables (constipation, baisse de vigilance). Les prescrire avec prudence tant dans la posologie que dans la durée.

    D'intensité forte
    Utiliser les antalgiques de niveau 3, antalgiques opioïdes forts (produit de référence : la morphine). Actuellement, on dispose en France d'autres produits : hydromorphone, oxycodone, fentanyl. Le fentanyl se présente sous trois formes galéniques : patch transdermique, dispositif pour application buccale transmuqueuse et solution injectable.