Placebo contre la douleur au genou


Douleur genou : Une douleur soulagée par un placebo est-elle une douleur psychogène ? La réponse (positive ou négative) au placebo n'a aucune valeur diagnostique quant au mécanisme de la douleur. L'effet antalgique placebo s'observe dans tous les types de douleur. Le placebo n'a aucune valeur en tant que test thérapeutique.

Note des utilisateurs :

Note 9.2 9.2 basé sur 834 opinions

genoux


Douleur genou


  • Tout savoir sur le placebo contre la douleur au genou


    Douleur genou

    Comment définir le placebo ?


    Le placebo est un moyen construit pour simuler une thérapeutique médicale, alors qu'il n'est pas scientifiquement censé posséder de propriétés thérapeutiques spécifiques sur la cible choisie.

    Qu'est-ce que l'effet placebo ?


    L'effet placebo consiste en tout effet attribuable à un médicament, une médication, une exploration, un acte, un geste, indépendamment de ses propriétés pharmacologiques ou spécifiques. L'effet placebo n'est pas toujours lié à un procédé thérapeutique, il peut résulter de la qualité relationnelle soignant-patient. Inversement, en présence de l'aggravation d'un symptôme ou de la maladie, on parle d'effet placebo négatif, ou d'effet nocebo.

    Comment ça marche l'effet placebo ?


    Plusieurs mécanismes sont associés.
    . Les mécanismes cognitifs : anticipation du soulagement de la douleur (facilitée par l'attente positive du malade) et suggestion d'efficacité faite par le prescripteur. Efficacité favorisée par la conviction du praticien et la confiance de la personne malade.
    . La réduction de l'anxiété : explications, réassurance et attitude de soutien (empathie) des soignants.
    . L'activation des systèmes opioïdes : plusieurs études récentes montrent que l'effet placebo est associé à une libération de substances pharmacologiquement actives dont les opioïdes endogènes. C'est aussi par activation de systèmes opioïdes que l'activité des médicaments antalgiques est renforcée d'un effet placebo comme il a été démontré. Dès lors que des mécanismes neurobiologiques sont identifiés dans le cadre de l'antalgie placebo, il n'apparaît plus rationnel de définir le placebo comme étant totalement dépourvu d'activité spécifique sur le symptôme. L'effet placebo est réellement antalgique ; il est omniprésent dans toute activité thérapeutique y compris la chirurgie.

    Un sujet placebo-répondeur est-il psychologiquement fragile ?


    Aucune étude n'a conclu sur ce sujet : les personnes qui répondent positivement au placebo ne présentent pas de profil psychologique spécifique. Toute personne malade peut un jour ou l'autre être placebo-répondeur.

    Si le placebo est efficace une fois, le sera-t-il après ?


    La reproductibilité de l'effet placebo n'est pas la règle. Rien ne peut laisser présager qu'une personne placebo-répondeur le sera encore le lendemain ou dans une autre circonstance.

    Peut-on prescrire un placebo ?


    En tant que test thérapeutique, la prescription délibérée d'un placebo n'est plus admissible. Comme traitement antalgique, la prise en compte de toutes les composantes de la douleur du malade et la mise en place de protocoles antalgiques permet d'éviter d'y recourir.

    Comment valoriser l'effet placebo ?


    S'il n'y a pas lieu de prescrire un produit placebo, il faut par contre valoriser au maximum l'effet placebo lors de toute proposition thérapeutique, c'est-à-dire tout mettre en oeuvre pour développer une relation de confiance soignant/patient.

    Quand recourt-on systématiquement à un placebo ?


    Pour démontrer l'efficacité spécifique d'une nouvelle molécule, comme tout traitement a un effet placebo, il est nécessaire de recourir à des études randomisées en double aveugle contre un placebo. Cette utilisation pour conserver un cadre éthique doit comporter la possibilité d'une prescription antalgique de secours efficace pour le groupe placebo lorsque le niveau de la douleur atteint un seuil prédéfini.

    La mauvaise image de l'effet placebo


    Les professionnels de santé ont en général une représentation erronée de l'effet placebo. Sa constatation perturbe et dérange les praticiens et les équipes soignantes, elle induit des attitudes négatives vis-à-vis du malade. La plainte du malade est alors disqualifiée. Cette suspicion ruine la confiance indispensable à toute relation de soin.