Traitement de l'arthrose du genou


Arthrose au genou : Quel est le problème ? Le cartilage de votre genou est très usé. En langage médical, on parle d'arthrose du genou (ou gonarthrose). Or, ce cartilage permet normalement aux surfaces de l'articulation de glisser l'une contre l'autre. L'usure débute généralement sur une petite partie de l'articulation et s'étend progressivement, parfois très lentement, parfois en quelques mois. Avec la disparition du cartilage, les zones d'os se retrouvent directement en contact. Or, l'os est rugueux. Cela provoque des frottements lors des mouvements du genou. Le glissement des surfaces de l'articulation devient difficile. Au fil du temps l'os se déforme. De petites pointes en forme de forme de becs (les ostéophytes) apparaissent et bloquent encore plus l'articulation.

Note des utilisateurs :

Note 9.2 9.2 basé sur 834 opinions

genoux


Douleur genou


  • Qu'est-ce que l'arthrose du genou (ou gonarthrose)


    Avec le temps, l'usure commence là où l'articulation du genou travaille le plus. Selon la forme de la jambe, l'un ou l'autre des compartiments du genou supporte plus le poids du corps que les autres.

    Les causes de l'arthrose sont multiples et souvent liées. On peut citer l'âge, une structure imparfaite de l'articulation, l'excès de poids, les chocs, certaines maladies (maladies inflammatoires), etc.
    Arthrose du genou : Cartilage du genou

    Quelles sont les conséquences de ce problème ?


    Votre genou est raide et vous fait mal depuis un certain temps.

    Les douleurs peuvent se situer sur le côté, en dedans, en dehors ou vers l'avant, selon les endroits où le cartilage est abîmé. Plus il y a de zones atteintes, plus vous avez mal.
    La raideur évolue progressivement. Tout d'abord le genou n'arrive plus à se plier ou à s'étendre complètement. Rester debout devient difficile et fatiguant parce que l'articulation ne se « verrouille » plus. Avec l'aggravation de l'arthrose, les difficultés de mouvement (handicap) augmentent et peuvent aller jusqu'à une gêne considérable pour marcher. Les muscles qui font bouger le genou s'affaiblissent. Quand la marche devient anormale, cela perturbe les autres articulations qui ne peuvent plus travailler correctement (l'autre genou, la hanche, la colonne vertébrale, la cheville, etc.).

    Quels examens permettent d'identifier ce problème ?


    Pour connaître l'évolution de l'état de votre genou, votre médecin vous interroge : Sur quelle distance pouvez vous marcher sans avoir mal? Ressentez-vous des douleurs la nuit? et autres questions.

    Il vous fait passer une radiographie. C'est une technique qui utilise des rayons (les rayons X) pour visualiser les os à l'intérieur du corps. Elle ne permet de voir que les structures dures. Le cartilage lui-même n'est donc pas apparent. Mais l'existence d'un rapprochement entre le fémur et le tibia (formant une sorte de « pincement » sur l'image) montre que l'épaisseur du cartilage entre ces deux os est en train de diminuer parce qu'il s'use. La localisation de ce pincement permet de déterminer dans quelle(s) partie(s) du genou se situe l'arthrose (compartiment interne et/ou externe et/ou antérieur).

    Si il le juge nécessaire, votre médecin peut vous proposer d'autres examens pour mieux apprécier la qualité du cartilage et de l'os, ainsi que l'état des autres éléments du genou (ligaments, ménisques, muscles...).
    Arthrose du genou : Traitement du genou

    LES DIFFERENTS TRAITEMENTS DE L'ARTHROSE DU GENOU


    Principes des traitements médicaux


    Les médicaments permettent de lutter contre la douleur et contre l'irritation (inflammation). Certains médicaments récents (les chondroprotecteurs) semblent protéger le cartilage et ralentir l'évolution de l'arthrose.

    La réalisation d'une infiltration est parfois utile. Il s'agit de faire passer, grâce à une seringue, un produit pour supprimer la douleur dans l'articulation ou autour de l'articulation.

    La rééducation préserve une certaine souplesse de l'articulation et participe à la diminution de l'irritation (inflammation) et de la douleur. Elle est également utile pour entretenir les muscles.

    Limites des traitements médicaux


    Les médicaments visant à protéger le cartilage (chondroprotecteurs), ne peuvent être utilisés que dans certains cas. Ils sont utiles quand l'arthrose débute mais après ils sont moins efficaces.

    Les traitements médicaux et la rééducation peuvent soulager pendant un certain temps, mais n'empêchent généralement pas l'évolution de l'arthrose et l'aggravation des douleurs et de la raideur.

    Quand la chirurgie devient-elle nécessaire ?


    et la rééducation ne peuvent pas véritablement guérir. Cette maladie empêche le bon fonctionnement de l'articulation qui est pourtant essentiel pour marcher convenablement.

    A partir d'un certain stade de douleur et de raideur, les difficultés de mouvement deviennent telles qu'il est utile d'envisager une opération. Chaque patient étant différent, ce stade varie selon les cas. Tout dépend des dégâts causés par l'arthrose, de votre âge, de votre mode de vie et de vos souhaits. Seule une réflexion approfondie entre vous et votre médecin permet de décider si le moment de la chirurgie est venu.

    Principe des traitements chirurgicaux


    Selon l'importance et l'emplacement des destructions du cartilage de votre genou, votre chirurgien peut vous proposer différents types d'opération.

    Quand il reste encore des zones en bon état dans l'articulation, un traitement dit « conservateur » est possible. Tout en gardant le cartilage usé, le chirurgien modifie l'orientation de l'articulation en coupant les os selon un angle adapté (ostéotomie). L'objectif est de diminuer la pression sur les endroits abîmés et douloureux tout en faisant plus travailler les parties intactes.

    Quand l'articulation est trop abîmée, il faut enlever les zones de cartilage usées et remplacer une partie ou la totalité de l'articulation par du matériel artificiel de forme semblable (prothèse). Le but est d'obtenir un glissement sans douleur et un fonctionnement le plus proche possible de la normale. Il existe des prothèses pour remplacer une seule des zones de glissement du genou (prothèse unicompartimentale). Celles qui remplacent les trois compartiments du genou sont appelées prothèses totales. Ce fascicule présente la mise en place d'une telle prothèse.

    Limites des traitements chirurgicaux


    Votre chirurgien ne peut pas faire mieux que la nature. La qualité du résultat de l'opération dépend de l'état des muscles et des tendons qui entourent l'articulation.

    Les opérations de réorientation de l'articulation n'empêchent pas l'évolution de l'arthrose. Aussi peut-il être nécessaire de mettre en place une prothèse si l'usure du cartilage s'aggrave ou s'étend à l'ensemble du genou. Les prothèses peuvent s'user et ne plus tenir parfaitement ce qui oblige à les changer.

    Les risques si on ne traite pas


    En l'absence de traitement, généralement la douleur et la raideur empirent. L'évolution de l'arthrose reste cependant imprévisible. Vos difficultés pour marcher risquent d'augmenter. Dans le pire des cas, elles peuvent rendre les déplacements impossibles. C'est un problème considérable, notamment chez les personnes âgées qui perdent ainsi leur capacité à se débrouiller seules. Le mauvais fonctionnement du genou peut entraîner des problèmes au niveau du dos ou des autres articulations (autre genou, hanche.). Votre médecin est le mieux placé pour évaluer ce que vous risquez si on ne vous opère pas.